© NIMROD

Abdoul
ali war

Poète, romancier et dramaturge.

Né en 1951 à Bababé en Mauritanie, Abdoul Ali War réside en France où il a fait des études de cinéma. Après un bref passage à Radio Afrique, il a été collaborateur de « Panorama » à France Culture. Il a essentiellement travaillé avec Med Hondo comme assistant réalisateur cinéma. Il a aussi co-adapté avec lui le roman de Abdoulaye Mamani, Sarraouina (Éditions L’Harmattan). 

Bibliographie

  • Génial général président, théâtre, éditions L’Harmattan, collection Théâtre des Cinq Continents, 1996
  • Le cri du muet, roman, éditions Moreux, 2000
  • Demain l’Afrique, poésie, éditions l’Épi de Seigle, 2003
  • J’ai égaré mon nom, éditions Le Manteau & la Lyre, Obsidiane, 2020

J’ai égaré mon nom

Résumé

Abdoul Ali War est le plus méconnu de nos poètes. Comme romancier, et davantage encore comme dramaturge, deux veines dans lesquelles il s’est également illustré. Hormis une plaquette de poèmes, Demain l’Afrique et une poignée de poèmes publiés dans l’anthologie «Poésie d’Afrique francophone», J’ai égaré mon nom est son deuxième ouvrage du genre. Ce dernier amplifie les thèmes et la matière des précédents, et l’Afrique qui se meurt en Méditerranée ces jours-ci y est décrite comme une odyssée. On ne trouvera dans les vers du poète ni voyeurisme ni reportage, mais le déchirement d’un homme qui fait sienne cette tragédie. La singularité de J’ai égaré mon nom est qu’en son sein résonnent de manière mystérieuse les voix de Césaire et de Dante, celles des grands maîtres soufis et les paroles initiatiques des Peuls où l’adieu au père souligne aussi l’amitié du fils semblable aux joutes rituelles d’une classe d’âge – la fratrie s’élaborant au gré des transhumances, de même que la nostalgie du pays cher, le salut adressé par-delà les nuages aux vertes montagnes de l’enfance.

fiche technique

Date de parution : 06/03/2020
ISBN:  978-2-916447-96-4 
EAN:  9782916447964 
Présentation:  Broché 
N. de pages:  64 pages 
Poids:  0.106 Kg 
Dimensions:  14,7 cm × 21,1 cm × 0,8 cm

Extrait:

Fuir     Répondre au seul appel de l’horizon
Les rumeurs plus que l’eau débordèrent des baluchons
La pirogue amarrée à l’aube avait cinglé
Rien ni personne pour verrouiller les rêves

La Terre est pour tous
Mais où trouver le pays?

Nombreux nous avons arpenté les terres
Franchi les déserts sillonné les mers
Escaladé les montagnes
Nombreux nous avons traversé les bois écarté les ronces
Tracé les chemins ave des pieds qui saignent
Nous avons jeté des pierres aux corbeaux noirs

Ils croassent à notre passage
Puis nous maudissent avec rage

Coupables de rien pourtant nous avons fui.

Espace presse : dernières publications

  • Aux Rencontres Euromaghrébines de littérature 2e édition, Tunis, du 27 au 29 novembre 2014, l’écrivain Mauritanien Abdoul Ali War aborde l’engagement et dit ce que sa « conscience [lui] dit ». traversees-mauritanides.com
  • Portrait african. Abdoul Ali War, écrivain mauritanien, ancien cinéaste.  Audio /Podcast 02:29′. www.rfi.fr

1 rue les provinciales - apt 527. 80090 amiens - france

pour toutes questions, merci de remplir le formulaire

8 + 13 =