© Valérie Teppe

Jennifer grousselas

Poète, peintre et dramaturge française

Jennifer Grousselas, née en 1986, vit et travaille à Paris : agrégée de lettres modernes, elle enseigne en lycée dans le Val-de-Marne. Elle est poète, peintre et dramaturge. Elle a publié deux pièces de théâtre (Égée ou le saut du roi, ETGSO, 2014 et Cuir ou violon, Unicité, 2023). Poète, elle publie régulièrement en anthologies et dans de nombreuses revues littéraires. Elle est l’auteure d’un premier recueil, De souffles et d’éveils (éditions unicité, 2021). Jennifer Grousselas est membre de l’association Le Merle moqueur et membre fondateur des éditions Manifeste.

fiche technique

Paru le : 02/02/2024

ISBN : 978-2-38146-027-7
EAN : 9782381460277
Reliure : Broché
Pages : 80

Un « essaim de mercis »

Sur l’ouvrage

Il nous fallait un chant est un manifeste inspiré. La musique noire et lumineuse du poème y exécute un pas de deux d’une danse somptueuse, qui creuse l’écart pour créer l’unité, hésitant pour mieux affirmer et affirmant pour mieux hésiter. Le son, le pas, le sens sont emmêlés jusqu’au vertige.
Jennifer Grousselas est une poète française qui écrit à partir de l’hémisphère Sud du poème, de la terre de Léopold Sédar Senghor à celle de Saint-John Perse, de celle de Mahmoud Darwich à celle de Pablo Neruda. Sous des accents de tragédie antique, elle revisite verset, scansion et prosodie grâce à une chorégraphie et une langue-transe qui n’appartient qu’à elle. Car Jennifer Grousselas chante pour le monde, pour sa fille et pour son fils (purs enfants du poème) dont elle éduque le regard avec de grands aveux d’amour et des prières.

arguments

C’est un chant d’une ampleur considérable. Il s’affirme par un rythme souple, moiré, hypnotique pour dire la beauté du monde, celle de l’amour et ses exigences, et celle de la vie, offrande imméritée. Ce recueil de poèmes est un « essaim de mercis ».

Extrait:

Il fut décidé qu’il nous fallait
un chant à nous
pour retenir le visage tordu des mères
contrer l’abandon des gorges
se désassembler la chair des ongles-griffures
laisser les cheveux grandir sans la mort
un chant pour le coup de pied
des fils oublié pour le cri des filles oublié
pour les bouches vides un chant de vivant qui chante
un chant pour la pousse des seins pour les statues de sexe
et un chant pour la maturité
Il nous fallait un chant à reconnaître
— Et il nous fallait un chant pour chanter

Espace presse : dernières publications

1 rue les provinciales - apt 527. 80090 amiens - france

pour toutes questions, merci de remplir le formulaire

5 + 14 =